Skip to main content

https://youtu.be/HSSMPfT45V8


En commercialisant la M400 voici 3 ans, la marque finlandaise Polar avait proposé une montre connectée qui avait l'avantage de pouvoir contenter aussi bien les débutants que les sportifs plus assidus. Une remise en question qui avait été appréciée par ceux qui jugeaient souvent trop techniques les produits de la marque. Progresser sur base des pulsations cardiaques a longtemps été le cheval de bataille de Polar. Mais avec la M200 puis la M600 et maintenant la M430, Polar entend aussi séduire les coureurs à la recherche d’(ultra)-connectivité.

Niveau design, la M430 peut s’assortir avec une tenue classique du quotidien (dans sa version grise, moins sa version orange), elle se mariera moins avec une tenue habillée. Elle reste avant tout destinée au sport. Par rapport à la M400, l’écran est un peu plus petit et le bracelet plus fin. Mais ce dernier est surtout dans une matière plus souple avec plus de trous pour vraiment ajuster le serrage à la perfection. Un paramètre important puisque la M430 calcule vos pulsations au niveau du poignet grâce à 6 diodes situées en-dessous du cadran.

Facile d’utilisation

L’utilisation des boutons s’avère assez simple. Celui de couleur rouge, au milieu, sur le côté droit permet de lancer une activité (en activant automatiquement le GPS pour celle outdoor) et de valider des choix. Les boutons haut et bas servent à naviguer. Sur le côté gauche, le boutondu  haut active le rétroéclairage de l'écran. Le bouton du bas sert de retour arrière lors de la navigation, mais aussi à interrompre et à enregistrer un entraînement.

La M430 propose une petite nouveauté au niveau du GPS puisque celui-ci peut être enregistré sur trois paliers (1, 30 ou 60 s). Ce qui permet de choisir la précision du GPS selon l’activité pratiquée et de déterminer l’autonomie de la montre puisqu’elle passera de 8h à 30h selon que vous choisissez l’option 1 seconde ou 60 secondes. Signalons que le GPS de la M430 ne se double pas, contrairement à celui de la M600, de la géolocalisation Glonass.

La montre mesure le dénivelé d'après les données GPS.

 

Multisports, mais axée running

La montre peut servir techniquement pour un peu moins de 100 sports mais ses profils pour la course à pied et le cyclisme sont les plus complets. Notez qu’en mode cyclisme, des données comme la vitesse, la cadence ou la puissance ne pourront pas fonctionner. Rien de tel que le bon Strava ou le capteur intégré au vélo pour avoir le maximum de données. Vous pouvez cependant synchroniser Strava avec votre M430.

Cette montre reste avant tout destinée aux coureurs. Elle propose la plupart des fonctions et des données essentielles (allure, cadence, durée, altitude, calories brûlées…) à la pratique de la course, mais aussi une analyse de votre état de forme ou encore des bénéfices réels de chaque entrainement.Vous pouvez visualiser vos données de manière complète sur la plateforme PolarFlow, disponible tant sur le Web que via des applis iOS et Android. Complet et facile à utiliser, PolarFlow vous propose des programmes d'entrainement ou de paramétrer ceux-ci en fonction de vos objectifs. Les entrainements peuvent aussi être configurés directement sur la montre mais moins aisément.

La M430 peut aussi faire office de tracker d’activité. On retrouve ainsi sur l'écran une petite jauge visible en permanence. Celle-ci se remplit à mesure que l'on progresse dans les efforts de la journée et que l'on se rapproche de l'objectif d'activité préalablement fixé.

La polémique : le capteur de fréquence cardiaque au poignet

Longtemps Polar a résisté à la tentation d’offrir des montres calculant la fréquence cardiaque au poignet. Le gros avantage de cette technologie étant de ne pas s’encombrer d’une ceinture sur la poitrine plutôt gênante dans l’ensemble malgré les efforts réalisés pour les rendre le plus confortable possible. C’est aussi intéressant lorsque vous vous entrainez par exemple sur votre lieu de travail et que vous n’avez pas pensé à prendre la dite ceinture.

La précision du capteur au poignet est en net progrès par rapport à ses débuts. Et pour les efforts à intensité réduite ou normale, vos pulsations affichées ne seront pas forcément moins précises que celles calculées avec une ceinture directement à hauteur du coeur.

Là où le bât blesse, c’est lorsque vous poussez la mécanique à fond. Vous aurez l’impression d’avoir, un peu à tort, un coeur de champion lorsque vos pulsations grimperont si peu alors que vous êtes en train de donner le meilleur de vous même. Cela serait à la limite moyennement gênant, si votre entrainement ne se faisait pas sur base des pulsations ou pas toujours comme c’était le cas avec une ceinture cardio séparée que les coureurs n’emportaient pas toujours volontairement en fonction du type de séance.

Ici vos Index de performance, d’amélioration et de condition physique se retrouvent inévitablement un peu tronqués puisqu’ils sont aussi déterminés en fonction de votre rythme cardiaque. Le problème est évidemment absent pour le calcul de la VO2Max (quantité d'oxygène maximale consommée durant un effort en une durée déterminée, une donnée capitale pour parfaitement doser un entraînement) puisque le test est effectué au repos.

Plus chère que la M400 avec la ceinture cardio (+ 30 euros), la M430 de Polar ne justifie pas totalement cette augmentation de prix surtout si l’on tient compte des défauts de la mesure du flux sanguin au poignet. Cependant, il s’agit toujours d’un produit avec un bon rapport qualité-prix qui ravira aussi bien les sportifs du dimanche que les plus assidus, même si certains préféreront encore accrocher à leur poignet une montre encore plus complète.