Skip to main content

La cryothérapie du corps entier (CCE) existe désormais en Belgique où quelques centres ont été mis en place, notamment au Dieweg à Uccle. C’est là que avons testé ce traitement par le froid de plus en plus vogue dans le milieu sportif.

Une fois le rendez-vous fixé, vous arrivez sur place où l’équipe vous fait remplir un questionnaire santé et vous explique la procédure. En sous-vêtements, mais avec de grosses chaussettes aux pieds et parfois même des gants, vous allez rentrer dans un caisson d’où seule la tête dépasse afin de ne pas respirer l’azote liquéfié provenant du réservoir cryogénie extérieur.

Le pouvoir du froid

Pas le temps de trembloter alors que le mercure indique -150 degrés et que la température extérieure de la peau a baissé d’environ 10 degrés. Après 180 secondes : la libération. Mais pas de sensation particulière. En effet, les premiers effets bénéfiques se manifestent dans les jours suivants Les températures négatives importantes favorisent la libération d’endorphines ainsi que des médiateurs chimiques auxquels on attribue des effets anti-inflammatoires, antalgiques et stimulants pour notre système immunitaire.

Si vos derniers entrainements furent lourds, vous allez avoir l’impression de ne plus sentir la fatigue accumulée. Vos muscles tendus vont sembler assouplis puisque le taux de lactate aura baissé. Cela permettra d’intensifier le passage sanguin dans les téguments (tissu enveloppant les organes) et organes internes. La cryothérapie favorise aussi la régulation du système parasympathique au niveau cardiaque. Les pulsations vont diminuer (entre 8 et 10 bpm).

La cryothérapie favorise la réparation tissulaire et une meilleure récupération. Cela va vous permettre d’augmenter le nombre et l’intensité de vos entrainements. Mais pas question de dopage puisque vos performances ne seront pas pour autant améliorées

Idéale pour les sports d’endurance mais pas une solution miracle

Si certains athlètes affirment que la cryothérapie améliore leur résistance et leur endurance lors d’épreuves comme les ultra-trails et les ironmen, son influence sur les capacités aérobies et anaérobies n’a pas été démontrées clairement. Pratiquée après l’épreuve, la CCE permet de diminuer l’effet de fatigue musculaire et articulaire et guérir certaines lésions dont aurait pu être victime l’athlète pendant sa course.

En conclusion, la cryothérapie n’est pas la solution miracle à tous les maux dont souffrent les sportifs. Une séance n’est en tout cas pas toujours suffisante. Il vaut en tout cas mieux les regrouper sur un laps de temps assez court pour favoriser l’efficacité du traitement.